On the Road (2/2)

par épiquevictoire

_DSC9087© photo: Loïc

Aujourd’hui, aucune grande surprise au menu, simplement la suite logique de mon article de la semaine dernière (oui j’ai osé vous faire patienter une semaine… comprenez moi: il faisait moins de 20°C, mon moral était au plus bas comme vous pouvez l’imaginer). Pour vous faire un petit « Previously on From Here To California » à l’Américaine, nous nous étions interrompus dans mon récit – après Santa Cruz, Monterey, Pebble Beach et le Hearst Castle – à Santa Barbara, sous le soleil et les palmiers pour résumer brièvement et de manière objective.

Étape N°6: Venice Beach

IMG_0524

Après avoir tourné plusieurs heures pour trouver un hotel/motel pour la nuit aux alentour de Santa Barbara (apparemment il aurait échappé à mon cerveau que partir sans réserver d’hôtel un grand week-end férié est une mauvaise idée, mais on dira que c’est ça la vie d’aventurière), nous avons décidé de continuer à descendre le long de la côte jusqu’à Los Angeles. Le mauvais côté de l’expérience étant le moment de stress et d’enervement tandis que le bon côté (se retrouver à moins d’une heure de Venice Beach le lendemain matin) était finalement plutôt sympathique.

En route pour Venice Beach, nous avons traversé rapidemment Malibu et Santa Monica (sachant que Ô scandale et déception pour les amoureux de Pamela Anderson et de ses HUGE BOOBS, Alerte à Malibu se passe en réalité à Santa Monica: merci les traductions à la française!). Venice Beach c’est donc THE PLACE TO BE de touristes dans le coin. Il s’agit d’une plage comme son nom l’indique (plage que vous avez aussi surement déjà aperçue dans plusieurs films ou séries, de American History X à Lords of Dogtown en passant par Californication), l’endroit est connu majoritairememt pour sa promenade où vous pouvez rencontrer divers artistes, des voyants (d’ailleurs je suis sensée avoir des problèmes digestifs à cause de mes relations amoureuses prochainement) ou encore des « docteurs » vous prescrivant de la weed médicinale pour un simple mal de tête.
Suite à un mojito et un déjeuner DÉLICIEUX au Venice Ale House, restaurant en bordure de plage apparement à la mode chez les hipsters locaux étant donné nos 30minutes d’attente pour avoir une table, le programme s’est donc résumé à une balade en bordure de plage, une session bronzette sur le sable chaud et une petite pause en bordure de l’impressionant skate park caractéristique de la plage. Vous me détestez. JE SAIS.

IMG_0518

IMG_0520
IMG_0525
IMG_0539
IMG_0527
IMG_0533
IMG_0526
IMG_0537

Étape N°7: la Silicon Valley

IMG_0542

Vous en avez marre de me voir bronzer sur toutes les plages de Californie? Rassurez vous, ce moment bref mais douloureux pour vous est malheureusement terminé pour moi. En remontant sur San Francisco, je me suis arrêtée (sous les nuages et dans le froid) laisser s’exprimer la geekette en moi. Dans un premier temps, sans surprise, j’ai eu la chance ultime de seulement pouvoir observer de manière aussi passionnée et émouvante que possible la façade du 1 Infinite Loop – le siége d’Apple. La suite de l’opération tourisme de geek s’est avérée plus funky lors de notre deuxième étape sur le campus de Google. Des vélos étaient en libre-service (enfin jusqu’à ce que l’agent de sécurité nous informe qu’ils n’étaient pas vraiment en libre service) et nous avons donc fait ainsi un tour de la boîte où ce serait le plus cool de travailler au monde (free food, temps libre pour développer des projets personnels…). Cependant, la déception fût de mise lors de notre troisième et dernière étape dans la Silicon Valley: en faisant le tour du campus (enfin du parking)Facebook, le seul élément distinctif était les symboles rappelant l’iconographie du réseau social utilisés pour les places de parking.

IMG_0548
IMG_0551
IMG_0553
IMG_0549
IMG_0556

Étape N°8: Stanford

IMG_0558

En espérant que les Bears de Berkeley me pardonneront ma trahison digne d’une infidélité (et que ma maman me pardonnera mes gestes obscènes), j’ai donc osé faire un arrêt 60km au sud de San Francisco et mettre les pieds chez (attention, c’est le moment de l’article qui fait peur) THE ENNEMY. Car oui, entre UC Berkeley et Stanford, c’est la guerre. On voit des étudiants de Berkeley porter des t-shirts « Beat Stanford » et chaque match sportif opposant les deux universités a toutes les caractéristiques haineuses et compétitives d’un derby Lyon vs. Saint-Étienne. Berkeley vs. Stanford c’est un peu l’école publique vs. l’école privée de riches, un ours comme mascotte vs. un arbre ridicule comme mascotte, les allées sentant le cannabis frais vs. la chapelle au milieu du campus ou encore le cool vs. le nul (cette précision était bien évidemment en toute objectivité). Même si ça fait mal à ma loyauté de l’admettre, le campus de Stanford est vraiment beau. la plus grande différence avec Berkeley est l’uniformité des bâtiments et j’admets que le mauvais temps et le désert qu’était le campus un jour férié ne m’a pas vraiment permis de profiter des plus beaux côtés architecturaux de l’Université

_DSC9098© photo: Loïc

IMG_0559
IMG_0560

Étape N°9: le Golden Gate Bridge

IMG_0564

Pour conclure le petit récit de mon grand week-end, nous avons profité du dernier gallon d’essence dans la voiture pour que j’ai ENFIN la chance de traverser le fameux Golden Gate Bridge et admirer la vue sur la ville (en effet, il faisait moche et froid, vous pouvez vous réjouir sournoisement).

IMG_0570
IMG_0572

Sur ce, je vous laisserai donc admirer le paysage en espérant que vous aurez un petit peu profité de ma petite aventure (et sans trop me détester) à travers ces deux articles.