À la bonne excuse…

par épiquevictoire

Bonjour, bonjour, bonjooOOOUUURR la FRAAAAAAANNNCEEE! (j’essaie d’instaurer un culte de ma propre personnalité). Je vous imagine fulminant devant vos écrans en remarquant les plus de 2 mois séparant cet article de mon précédent. Je comprend que ce léger délaissement de mon blog a pu vous décevoir, vous contrarier ou même vous désespérer vous, mes fans. Voilà pourquoi aujourd’hui je vous adresse cet article regroupant toutes les excuses justifiables ou non, détestables ou appréciables qui pourraient expliquer cette absence.

Excuse N°1: la France

Vous aimez la France? Et bien figurez vous que cette petite fourbe sournoise m’a privée pendant presque un mois de matériel pour nourrir vos envies d’exotisme. No California. No From Here To California. Je sais que mon argumentation ainsi mathématiquement explicitée semble implacable. Je pourrais aussi ajouter à cet argument ma haine de l’annuel « Bonne Annééééée » qui ne m’a pas particulièrement donné envie, même depuis la France, de vous adresser tous mes voeux de bonheur, santé, amour et autres choses absolument méritées. Aussi, en y réfléchissant bien, les chances que vous ayez l’opportunité de passer une « Bonne Année » dans le froid neigeux de France alors que je suis en Californie, sont malheureusement pour vous, très faibles (pour ne pas dire inexistantes).

Excuse N°2: le tourisme, le soleil, la plage, etc.

IMG_0213

Il est bien connu aux quatres coins du monde que, même au pays de la Silicon Valley, on accèdent pas au wi-fi de partout. On ne peut pas y accéder depuis des collines à la vue époustouflante sur San Francisco. On ne peut pas y accéder depuis Ocean Beach et sa vue infinie sur l’océan. Étrangement, on ne peut pas non plus y accéder depuis Marina ou Fisherman’s Wharf et leur vue sur la baie de San Francisco. J’ai donc légèrement délaissé mon ordinateur en attendant que le soleil puisse émettre de l’internet (il s’agit de ma façon d’insister sur le fait que la Californie, en revanche, ne manque PAS DU TOUT de soleil et températures clémentes, même en janvier ou février).

IMG_0238

IMG_0310

Excuse N°3 : la Rentrée

IMG_0346

Cette excuse là constituera donc le moment émotion et prise en pitié de l’article (je fais tout ce que je peux, promis). Et oui, car, depuis un mois, j’ai repris les cours à UC Berkeley. Et, alors que rentrée rime avec cahiers, travailler, rédiger et bouquiner, ici elle rime aussi avec moins de temps pour rien glander et geeker. C’est donc à cet instant que vous devez verser une petite larme (ou vous mettre directement le doigt de l’oeil s’il le faut) en songeant à tout le travail qui m’attends jusqu’à la fin des examens en mai. Allez-y, faites un petit effort tout de même.

IMG_0246

IMG_0250

Excuse N°4: la course à Coachella, BIIIIITCHEEEEESS!

IMG_0337

Et oui les biiiiiiiiiittcchheeeees (je suis désolé, parler de Coachella me rend hystérique et provoque en moi un flot de bitchite), avec les heures de folies passées à lire des infos sur Coachella, lire des infos sur les rumeurs sur Coachella, lire des infos sur comment avoir des places pour Coachella, comment pouvais-je me consacrer à vous narrer mes trépidantes aventures? Y aurait-il des habitants de Mars pour qui je parlais chinois dans ma dernière phrase? Pour ces étranges énergumènes, Coachella c’est THE festival, THE rêve depuis 2ans et THE reality depuis que j’ai réussi à obtenir mon pass. Plutôt que d’être jaloux, le bon côté de toute cette hsitoire est que je pourrais vous rédiger un article riche, précis et détaillé d’un point de vue de française pour vous faire un peu plus baver en avril. Pour le reste, cultivez-vous les enfants et je vous laisse admirer le Line-Up.

lineup-poster.original

Excuse N°5: les cartes postales

IMG_3947

Je suis trop généreuse, je sais. Telle une Matt Pokora retweetant ces fans hystériques sur Twitter (cette comparaison fait appel à votre créativité), je vous ai permis de recevoir une généreuse carte postale de la personne si géniale et poétiquement lyrique que je suis. Et figurez-vous qu’écrire et envoyer une vingtaine de cartes postales, ça prend du temps, de l’énergie, et de l’imagination (et de l’argent aussi). Alors j’ai envoyé des petits mots d’amour à ceux qui me l’avait demandé sur Twitter et répondu aux petits mots d’amour reçus dans ma boîte aux lettres et figurez-vous qu’écrire chacune de ces cartes postales DIFFÉREMMENT et PERSONNELLEMENT m’a demandé une sacrée dose d’inventivité. Inventivité, par conséquent non investie dans mon cher blog.

Excuse N°6: la night BIIITTCHEEEEESSS (et l’alcool)

IMG_0388

Et oui, comme m’ont appris mes ancêtres, ces sages sans limite, la règle de base à toute société démocratique en bonne santé est la suivante: « alcool et internet ne font pas bon ménage » (oui oui mes ancêtres étaient plutôt en avance sur leur temps, pensez à transmettre ce genre de leçon à vos enfants un jour). Respectant tous les principes de bonne tenue que l’on m’a toujours enseignés, et étant donné ma fréquence de soirées plus accrue ces derniers temps qu’avant les vacances, j’ai préféré refuser d’écrire sous l’influence de l’alcool. Heureusement pour vous! Qui aurait voulu entendre parler de mon amour pour les dauphins, les betteraves ou les brocolis?! (oui Papa et Maman, bien sûr qu’alcoolisée je parle animaux et légumes).

IMG_0208

IMG_0402

IMG_0405

Excuse N°7: le fat

Après tout, comme on dit, on n’écrit pas la bouche pleine (et certainement pas pleine de InN’Out et de Super Duper Burger).

IMG_0410

IMG_0191

***

En ce qui concerne la suite du blog, ne vous inquiétez pas trop, je vais être plus assidue et consciencieuse pour le récit de la suite de mes aventures. Un article devrait être publié dans le courant de la semaine prochaine: PRO-MIS.