Travelling in the City

par épiquevictoire

Aujourd’hui, parlons donc de… Ne t’inquiètes pas Paris, même si je te fais des infidélités, tu restes la plus belle ville au monde dans mon coeur (non non Fleurieu sur Saône, tu n’as JAMAIS occupé cette place, si si je t’assure)… Maintenant, je peux donc commencer cet article et vous expliquer à quel point je suis en train de tomber amoureuse de San Francisco. San Francisco c’est un peu l’intermédiaire entre une grosse ville et un village. Avec même pas un million d’habitant, on se trouve loin de l’oppression autoroutière de Los Angeles et pourtant, on est dans une ville qui bouge, une ville leader de mouvements sociaux, une ville comme toutes les autres où quartiers touristiques, quartiers d’affaires et quartiers chics côtoient quartiers populaires et quartiers gays. Voici donc un article pour vous démontrer la beauté de cette ville mais aussi pour vous faire rêver et vous donner envie de me rendre visite.

© photo: Maxime

Tout d’abord, faisons un petit tour du côté de Mission District et de ces fameux Murals. Mission est définitivement le quartier latino de San Francisco, ici on dit « futbol » et pas « soccer« , ça sent le tacos et la sauce à nachos dans les rues et on remarque tout de suite que le niveau de vie est moins aisé et la quantité de touristes moins oppressante. Mission est surtout connu dans les guides touristiques pour ces magnifiques et nombreux « Murals« . Ce sont des dizaines de peintures murales qui recouvrent principalement trois endroits: Clarion Alley, Balmy Alley et le Women’s Building (qui était malheureusement recouvert pour des travaux de rénovation quand nous y sommes allés). Ce Street Art a alors, logiquement une durée de vie limitée et chaque peinture est tôt ou tard recouverte par une nouvelle avec près de 20-30 nouveaux Murals par mois. Je pense que c’est cet aspect éphémère, ouvert à tous, en pleins centre de la folie citadine mais pourtant caché dans de petites ruelles qui contribue à la beauté et au succès de ces peintures. Je vais arrêter là mon bla-bla pseudo philosophique et vous laisser admirer tout ça de propres yeux.

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

© photo: Maxime

À présent, à quelques blocs de Mission Street, on arrive à Castro Street. Je vous ai déjà parlé brièvement du Castro, quartier gay de San Francisco. Mais il fallait un peu en rajouter une couche car ce quartier ne pourrait être défini sans les affiches pour des Shows de Drag Queens, des personnes nues se promenant avec des panneaux « Naked People will Rule The World« , le Castro Theatre, ou encore des slips « Hot Cookie » vendus dans des boutiques de… cookies pardi, où pensez-vous que je vais traîner mes sandales à paillettes?!

© photo: Maxime

 © photo: Lauren

 © photo: Lauren

Enfin, voici le moment sueur et émotion, vent et tourisme compulsif. Nous sommes donc monté TOUT en haut de Twin Peaks, deux petites collines au centre de San Francisco, à peu près à 281m d’altitude et qui offrent probablement la plus belle vue sur ville. Je ne pense pas qu’il y ai beaucoup de commentaires à faire sur cet endroit, à part que c’est magnifique ET qu’il vaut mieux peser plus de 40kg et avoir les cheveux attachés vu le facteur éolien (juste comme ça, ça peut être l’endroit idéal pour « perdre » « accidentellement » vos enfants dans une petite bourrasque d’ailleurs).

© photo: Maxime

© photo: Maxime

Pour finir pour aujourd’hui, les BONUS seront juste ces deux polaroids correspondant à Mission District et Twin Peaks (oui maman j’ai refais mon vernis) ainsi que la vidéo du gospel dans l’Église méthodiste que je pensais avoir perdue.