Être Sportive ou ne pas l’Être… Telle est la Question.

par épiquevictoire

Vivant aux États-Unis, seules deux alternatives semblent exister: No1: être un sportif baraqué moulé dans son maillot de sport Cal (ou sportive mince et musclée) OU No2: être un obèse (ou du moins un grassouillet-grassouillette) moulé dans son t-shirt de supporter Cal double-XL. C’est comme si l’américain(e) ne connaissait pas un mode de vie « medium », plutôt sain mais où la fermeté de la fesse peut laisser à désirer (le français lambda en bref). Afin de m’aider à être dans la catégorie No1, ou tout du moins à rester la française lambda que je suis, le sport est simplement OMNIPRÉSENT sur le campus:

Il y a le Sport Recreationnal Center dont l’adhésion est seulement à 10$ pour les étudiants. On peut y pratiquer la muscu, diverses danses et autres fitness (de la Zumba au Hot Yoga où la température est augmentée dans la pièce pour faire transpirer les participants de manière charmante) ou encore la natation. Il y a aussi les affiches représentant les médaillés sportifs de Berkeley sur tout le campus. Je citerais simplement les 17 médailles pour les Golden Bears aux JO de Londres (dont 11 en or) pour vous donner une idée du tableau (pour plus de détails).

Oui, les étudiants ici sont TRÈS fiers de leurs sportifs. Et je pense que cette fierté atteint sont paroxysme lors des Games de Football Américain le samedi.

Alors que la saison a commencé at home avec un match peu glorieux contre les Nevada Wolfpack à 24-31. J’ai assisté samedi à un match contre Southern Utah où nos Golden Bears ont battu les Thunderbirds 50 à 31.

Ce qui est le plus impressionnant n’est pas forcément le game en soi, c’est principalement l’ambiance festive qu’on peut observer tout autour. Il paraît alors tout à fait normal de boire dès 9h du matin en prévision du match, les rues sont pleines de t-shirts « Cal » et la musique résonne entre les bâtiments des frat’s. De plus, les habitants de Berkeley semblent aller au Game comme si ils allaient traîner au centre commercial: ils semblent parfois plus attirés par les « Ice Cold Lemonade » à 6$ dans les gradins que par ce qui se déroule sur le terrain.

 © photo: Maxime

 © photo: Maxime

Bon d’accord, je l’admets, je vais devoir retirer mes phrases précédentes, le stade EST impressionnant et immense. Le Memorial Stadium, avec ses 89 années au compteur et sa rénovation terminée cet été, peut acceuillir 63’000 spectateurs. Les samedis de Home Game, le stade prend donc des couleurs bleu et or et s’anime au rythme du match (oui j’avais presque honte d’être habillée « normalement » et pas avec une peluche d’ours sur la tête).

C’est assez difficile à imaginer mais aux États-Unis, le college football est plus médiatisé que la Ligue 2 de footb… pardon, soccer en France. Les matchs passent sur la Fox et font l’objet de commentaires animés et approfondis sur ESPN. Quant aux joueurs, ce sont des équivalents de superstars que les fans connaissent tous. (Comment ça? Vous ne connaissez pas l’équipe d’Ultimate-Frisbee de Lyon 2 qui a pourtant gagné le championnat de France universitaire?)

 © photo: Maxime

 © photo: Maxime

 © photo: Maxime

Je vais vous décevoir mais… Honnêtement? Vous pensiez que j’allais m’éterniser à vous expliquer les règles du foot américain? Bande de sacrés naifs! Tout ça pour dire que je n’ai pas tout (voire pas vraiment) compris les règles compliquées de ce sport et que Wikipedia fera ça très bien. Pour résumer, comme dans tout jeu où l’attention est concentrée sur une balle plus ou moins ronde, il faut amener la balle jusqu’au camp adverse. De ce cas là, tout ceci devient beaucoup trop compliqué, beaucoup trop lent (4h de match pour 1h de jeu effectif) avec beaucoup trop d’arrêts de jeux et beaucoup trop de personnes sur les côtés du terrain sans qu’on connaisse réellement leur rôle. Au cours de cette après-midi, j’aurais au moins appris à applaudir lorsqu’un des joueurs de Cal courrait, balle en main vers le camp adverse.

Enfin, pour la partie bonus plutôt funky, voici les fanfares de la fac qui jouent pendant la mi-temps accompagnées de leurs copines les pom-pom girls. Allez-y bavez Messieurs devant ces demoiselles écartant leur jambes en mini-jupes, pendant que les personnes à la bouche fermée regardent la fanfare reprenant the BEST SONG EVER. (ok je vous ai surement sur-vendu le truc mais ceux qui trouvent le titre de la chanson auront droit à une carte postale… ou à un bisou à distance).

 © photo: Maxime

 © photo: Maxime